« ça suffit ce soupçon à l’égard des évangéliques ! »

Une fois n’est pas coutume, je salue vivement le « coup de gueule » prononcé par le Pasteur François Clavairoly – Président de la Fédération Protestante de France – ce lundi 4 janvier à l’Assemblée Nationale, devant la « Commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi confortant le respect des principes de la République ».

Accompagné de M. Jean-Daniel Roque, membre du bureau de la FPF et conseiller juridique, il a dénoncé sans langue de bois, les soupçons permanents à l’encontre des protestants évangéliques en France :

« Il est patent que la compréhension de la laïcité a changé, ces dernières années, et d’un principe, qu’elle était, elle est devenue une sorte de valeur, une idée générale, comme un nez de cire que l’on va tordre en fonction de ses objectifs. Et du coup, n’étant plus perçue comme un principe juridique et politique, mais comme une valeur, elle se trouve instrumentalisée par un certain nombre de discours, qui d’ailleurs, émane aussi d’un certain nombre de responsables politiques et des élus, et votre intervention, M. le Président, fait directement écho à cela, lorsque vous évoquez les milieux évangéliques issus de la migration anglo-saxonne. Non, il s’agit de protestants (…) qui ne sont pas tous issus de la migration, et encore moins de la migration anglo-saxonne. C’est le Congo, le Cameroun, le Togo, la Chine, le Brésil, la Corée… C’est une multitude de réalités socio-culturelles et spirituelles, qui n’ont rien avoir avec une menace, un danger. Ce sont des populations qui expriment leur foi comme elles l’exprimaient dans leurs pays depuis des décennies et des siècles, et qui, arrivés ici, essayent de vivre la même chose.

(…) Entendons-nous ! Les évolutions sociologiques concernant la religion sont étudiées au microscope par les spécialistes. Et Dieu sait si dans le Protestantisme, nous en avons des spécialistes. Je pense à tout le travail de l’Ecole Pratique des Hautes-Etudes. Je pense à des gens comme le Professeur Baubérot qui travaille dessus depuis des années. Je pense à Valentine Zuber, à Jean-Paul Willaime, qui nous tiennent au courant de ces évolutions, au millimètre. S’il y a un laboratoire sociologique qui a bien fonctionné depuis 30 ans, c’est bien la laboratoire de la sociologie religieuse. Nous connaissons ces sujets, et justement, parce que nous les connaissons, n’en tirons pas des conséquences idéologiques, pour faire croire qu’il y a là une menace vis-à-vis de la République et des valeurs ou des principes de la République. Non, les évangéliques ne sont pas une menace pour la République. Il ne faut pas exagérer ! C’est ici que je le dis, il ne faut pas exagérer ! Ca suffit ce discours de soupçon à l’égard du Christianisme dans sa version évangélique !« 

En plus de son intervention devant la Commission spéciale, la Fédération Protestante a diffusé un « plaidoyer contre le projet de loi » afin « d’alerter et de contester » contre « un contrôle accru de l’État sur toutes les associations ».

Dans son plaidoyer, nous pouvons notamment noter les points suivants :

  • L’obligation imposée par l’article 27 aux associations cultuelles de se déclarer comme telles auprès du préfet lors de leur constitution puis tous les cinq ans pour bénéficier de certains dispositifs fiscaux constitue une atteinte au libre exercice du culte. Elle revient à mettre en place un dispositif d’agrément administratif. Ce dernier interroge d’autant plus que le même article dispose par ailleurs que le préfet peut néanmoins à tout moment retirer le bénéfice de ces dispositifs fiscaux, pour des motifs tirés du non-respect des dispositions de la loi de 1905 ou d’ordre public.
  • Les nouvelles dispositions pesant sur les associations cultuelles bénéficiaires d’apports étrangers fragilisent les plus petites d’entre elles. Elles se traduisent notamment à l’article 33 par une obligation coûteuse de faire certifier leurs comptes, indépendamment du seuil de droit commun. En tout état de cause, elle s’accompagne d’une pénalisation du non-respect par le dirigeant d’une association cultuelle (ou à objet cultuel) des obligations comptables qui pèsent sur elle, sans équivalent pour toutes les 1901.

Accumulation de nouvelles contraintes contre la liberté de culte

La Fédération protestante de France propose des ajustements du projet sur ces différents points. Mais, plus largement, elle s’interroge sur la compatibilité d’une accumulation de si nombreuses contraintes, discriminantes et souvent intrusives, avec la liberté d’association et le libre exercice des cultes que garantit l’article 1er de la Constitution. Elle attend du débat parlementaire un meilleur équilibre et une plus grande équité de la loi à venir :

« Cette accumulation de contraintes est-elle vraiment compatible avec le respect du libre exercice des cultes, que « la République garantit » selon l’article premier de la loi du 9 décembre 1905 ? Ces contraintes nouvelles auront-elles quelque effet pour limiter le séparatisme ? Le protestantisme français, très attaché à l’égalité de traitement de tous, personnes physiques et morales, ne peut donc pas se reconnaître dans un texte dont l’application conduirait, de fait, à limiter la liberté de culte et stigmatiserait son support institutionnel. Il demeure donc dans l’attente d’une amélioration significative du projet de loi, et de la mise en place d’une réelle et constructive concertation avant la publication des décrets, car c’est dans le détail de leurs énoncés que se vérifieront le pragmatisme et l’équité de la loi, encore à construire« 

#MerciDeResister
Pst Paul OHLOTT

Un commentaire

  • — Mais quand verront-ils que l’Église de Jésus-Christ n’est pas de ce monde et n’appartient à aucune autorité terrestre de quelque nature que ce soit ?!??…
    — Déjà, “enfermer”une église dans une association type loi de 1901 n’est pas naturel : l’Église de Jésus-Christ est d’une toute autre nature et, tout en étant représentée sur la Terre tant que les Disciples y resteront, elle n’a aucun lien avec une quelconque association terrestre !
    — Et puis… supporteront-ils la persécution qui accompagne tout croyant ? Il leur faudra s’habituer, comme les chrétiens chinois ou nord-coréens, à faire leur culte à Dieu en secret, “sans tambour ni trompette” ! Et être prêts à mourir quand on les découvrira ! Pour l’instant, l’ennemi a réussi à infiltrer beaucoup d’“églises” mais le Jour où Dieu insufflera un véritable réveil individuel parmi Ses Disciples, là, l’ennemi va se fâcher tout rouge et “faire feu de tout bois” pour étouffer toute velléité de réveil ! Mais il est aussi écrit que ce sera un petit nombre qui recevra toute la Puissance de Dieu pour évangéliser là où, pour l’instant, aucun chrétien n’ose aller ! Ils seront alors protégés contre toute attaque de l’ennemi qui ne manquera pas de leur envoyer ses flèches empoisonnées !
    — Quelques-uns seront alors jetés en prison… et ils évangéliseront là aussi (comme Paul et Silas, en chantant des cantiques de Dieu !) ! Des prisonniers, voyant leur état de péché, se repentiront, adoreront le Seigneur Jésus-Christ en esprit et en vérité et beaucoup de cellules se transformeront en lieux de culte sans être obligés de se rendre dans une “église” ni à l’église de la prison !
    — Pour les “églises” institutionnelles, ce sera une toute autre chanson : étant infiltrées par le diable et ses démons, elles essaieront sans succès de faire taire ces églises disparates… Mal leur en prendra car c’est le Seigneur Lui-Même qui les détruira !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.